Imprimer

L'U2P Partenaire du portail de la Banque de France

Écrit par Sylvie Niel.

« Mes questions d’entrepreneur » : l’U2P partenaire du portail de la Banque de France pour épauler les chefs d’entreprise

Depuis 2016, la France s’est dotée d’une stratégie nationale d’éducation économique, budgétaire et financière (l’EDUCFI).

La Banque de France s’est ainsi vu confier la mission d’accompagner les entrepreneurs dans leurs préoccupations économiques et financières quotidiennes.

C’est dans ce cadre que la nouvelle version du portail internet « Mes questions d’entrepreneur » (www.mesquestionsdentrepreneur.fr) a vu le jour. Il met gratuitement à disposition des chefs d’entreprise de nombreuses ressources et outils pratiques liés à la gestion d’entreprise, tels que des vidéos pédagogiques et des documents-types ainsi disponibles au téléchargement. Outre la fiabilité des informations présentées, ce nouveau portail met plus que jamais l’accent sur la simplicité d’utilisation. Il embarque d’ailleurs un moteur de recherche innovant qui s’appuie sur l’intelligence artificielle pour traiter les requêtes qui lui sont soumises.

Découvrez « Mes questions d’entrepreneur » dès à présent : https://www.mesquestionsdentrepreneur.fr/

Imprimer

FONDS DE SOLIDARITÉ AU 31/01/2021

Écrit par Sylvie Niel.

Récapitulatif des dispositions sur le fonds de solidarité applicables sur décembre 2020.

 

A noter plus particulièrement :

 - pour les commerces (y compris alimentaires) ayant perdu plus de 50% de leur chiffre d’affaires en décembre qui n'exercent pas leur activité principale dans un secteur mais qui sont domiciliés dans une commune en zone de montagne ( annexe 3) : 

  • s’ils enregistrent une perte de chiffre d’affaires inférieure à 70 %, il leur est possible de bénéficier d’une aide égale à 80 % de la perte de chiffre d’affaires dans la limite de 10 000 euros ;
  • pour les entreprises qui perdent plus de 70 % de leur chiffre d’affaires, l’indemnisation pourra atteindre 20 % du chiffre d’affaires. Elle est plafonnée à  200 000 € par mois sachant que le plafond de 200 000 € s'entend au niveau du groupe.

Lorsque la perte de chiffre d’affaires est supérieure à 1500 euros, le montant minimal de la subvention est de 1 500 euros. Lorsque la perte de chiffre d’affaires est inférieure ou égale à 1 500 euros, la subvention est égale à 100 % de la perte de chiffre d’affaires.

- pour les entreprises ayant perdu plus de 80 % de leur chiffre d’affaires pendant le premier ou le second confinement (condition non applicable aux entreprises créées après le 10 mars 2020) ou pour les entreprises créées avant le 1er décembre 2019 ayant une perte de chiffre d’affaires annuel entre 2019 et 2020 d’au moins 10 %), ayant perdu plus de 50% de leur chiffre d’affaires en décembre :

  • si elles enregistrent une perte de chiffre d’affaires inférieure à 70 %, il est possible de bénéficier d’une aide égale à 80 % de la perte de chiffre d’affaires dans la limite de 10 000 euros ;
  • pour les entreprises qui perdent plus de 70 % de leur chiffre d’affaires, l’indemnisation pourra atteindre 20 % du chiffre d’affaires. Elle est plafonnée à  200 000 € par mois sachant que le plafond de 200 000 euros s'entend au niveau du groupe.

Lorsque la perte de chiffre d’affaires est supérieure à 1500 euros, le montant minimal de la subvention est de 1 500 euros. Lorsque la perte de chiffre d’affaires est inférieure ou égale à 1 500 euros, la subvention est égale à 100 % de la perte de chiffre d’affaires. 

- la demande d'aide au titre de décembre 2020 doit être réalisée par voie dématérialisée au plus tard le 31 mars 2021.

 

Imprimer

MESURES DE SOUTIEN A L'EMPLOI DES JEUNES

Écrit par Sylvie Niel.

L'U2P demande que les mesures de soutien à l'emploi des jeunes soient prolongées en 2021 

Les premiers mois d’application des mesures visant à soutenir l’emploi des jeunes montrent que ces dispositions étaient nécessaires et qu’elles doivent être prolongées.

Les entrées en apprentissage, loin de baisser en 2020, ont même progressé de près de 100 000, avec un total de 440 000 contrats signés contre 353 000 en 2019.

C’est la preuve que les chefs d’entreprise veulent prendre leur part au combat contre la crise économique et font confiance aux formations en alternance pour préparer les jeunes aux compétences utiles à l’entreprise. La moitié des alternants de France sont formés dans une entreprise de proximité (artisanat, commerce de proximité, professions libérales).

 

Imprimer

ENSEMBLE : SAUVONS LA PROXIMITÉ

Écrit par Sylvie Niel.

LES SACRIFIÉS : si on ne fait rien, la proximité va mourir.

Tout le monde sera touché, vous y compris !


L’U2P Bretagne a décidé de mener une action « coup de poing » pour soutenir les commerces et services de proximité lourdement impactés par les mesures de fermetures administratives liées à la crise sanitaire.

Si l’U2P a pu obtenir des avancées pour rétablir un minimum d’équité entre les formes de commerce, les sources d’inquiétude subsistent pour beaucoup d’entreprises : concurrence déloyale, confinement prolongé, perspectives d’avenir…


L’action qu’engage l’U2P Bretagne porte le slogan des SACRIFIES qui rappelle le combat qui a été mené en 2013 par le réseau pour attirer l’attention sur la pression fiscale et le poids des charges sociales.


Sept ans plus tard, l’enjeu est devenu encore plus vital pour les commerces et services de proximité.


L’U2P lance une pétition pour provoquer une réaction massive des chefs d’entreprise concernés mais également de tous les publics attachés à la notion de proximité.

Imprimer

Nouvelles mesures anticovid : l'U2P dénonce des mesures peu compréhensibles et dangereuses pour tout un pan de l'économie

Écrit par Sylvie Niel.

Comment justifier la décision unilatérale de fermer de très nombreuses entreprises alors que le Premier ministre lui-même affirme que les entreprises appliquent rigoureusement le protocole sanitaire et que l’essentiel de l’amplification de la pandémie provient de la sphère privée ?

Comment accepter que les très nombreux commerces et activités de proximité jugés non essentiels (cafés, restaurants, coiffeurs, fleuristes, opticiens, libraires…), qui se battent depuis des mois pour sauver leur entreprise, soient à nouveau arbitrairement plongés dans l’inactivité et promis de plus en plus sûrement à une fermeture définitive ? N’oublions pas en outre que de très nombreuses activités connexes (brasseurs, pressing, pépiniéristes…), subiront par ricochet les mêmes effets délétères.

Imprimer

POISSONNERIE DE PLESTIN LES GRÈVES : une réussite sur toute la ligne

Écrit par Sylvie Niel.

Transformer un magasin de vêtements en poissonnerie... tel a été le pari d'Isabelle BIANNIC. Connaissant parfaitement le métier, elle s'est appuyée sur les conseils de la CARSAT Bretagne pour réaliser la poissonnerie. La pêcherie locquirécoise, un pari, semble t'il, particulièrement réussi. 

"DE LA BRANDADE de morue pour 4!" "1,2 kg de soles, c'est bon?" "des sardines, non, je n'en ai pas mais j'en aurais demain, de Concarneau". Mets 200 g de bouquets de côté, la cliente arrive à vélo!"... La poissonnerie La pêcherie locquirécoise, située à Plestin-les-Grèves, dans les Côtes d'Armor, ne désemplit pas, en ce mardi matin de juillet où chacun trouve son compte : les clients comme les salariés. On a d'ailleurs beaucoup de mal à imaginer qu'elle puisse avoir été... "un magasin de vêtements, dont les murs appartenaient à mes beaux-parents", explique Isabelle BIANNIC, la dynamique gérante de la poissonnerie.

Avant d'arriver à ce commerce, Isabelle BIANNIC a commencé sur les marchés, pour ensuite créer un atelier dédié à la préparation et transformation des poissons et autres fruits de mer dans la zone artisanale de Locquirec. Quant elle apprend que le pas de porte de la boutique de vêtements, idéalement située à Plestin-les-Grèves est à vendre en 2012, elle n'hésite pas longtemps : elle construira une poissonnerie où il fait bon travailler. "J'ai cherché de l'aide et frappé un peu à toutes les portes, mais tout le monde me fermait la porte au nez", se souvient-elle. La Fédération des poissonniers de Bretagne dont le président est Pierre LABBÉ, lui suggère alors de se rapprocher de la CARSAT Bretagne. Pierre-Yves LE GALL, contrôleur de la sécurité dans le Finistère, le département où se situe l'atelier d'Isabelle BIANNIC, lui propose d'étudier ensemble les plans et les devis. "il m'a guidé et confortée dans mes choix" rapporte la gérante. 

Imprimer

REMORQUES DE POISSONNIERS DU FUTUR

Écrit par Sylvie Niel.

66% des poissonniers bretons vendent sur les marchés. A l'image de cette poissonnière, pour préparer son étal, déverse de la glace à l'aide d'un bac pesant entre 30 et 60 kg. A la fin de la mise en oeuvre, il a manipulé jusqu'à 200 kg de glace.

Ces manutentions sont génératrices de TMS et de lombalgies. Une commission émanant du CTR3 s'est penchée avec trois entreprises du secteur sur cette problématique pour créer la "remorque du futur". Trois fabricants de remorques de poissonnerie ont pu participer à cette réflexion.

Des poissonniers ont proposé une remorque avec des vérins afin d'incliner l'étal sans effort. D'autres pistes sont à l'étude. la santé au travail représente un enjeu capital qui contribue à l'attractivité du métier.

Cette action s'inscrit dans le cadre de la convention "chargés de mission prévention dans la filière poisson" établie entre la Fédération des poissonniers de Bretagne, la CARSAT, la DIRECCTE, le SSI (ex RSI) et Harmonie Mutuelle.

Imprimer

PLAN FRANCE RELANCE

Écrit par Sylvie Niel.

Identification des métiers en tension

Lors de la présentation du plan France relance le 3 septembre dernier, le Premier Ministre, Monsieur Jean CASTEX a insisté sur la priorité de son Gouvernement, à savoir l'emploi, en faisant valoir que "former et embaucher plutôt que licencier, voilà ce que permettra notre plan". 

La volonté affichée par le gouvernement est de mieux cibler les besoins du marché du travail, de mieux identifier les secteurs en tensions qui peinent à recruter.

Ce chantier a été inscrit à l'agenda social 2020-2021 élaboré à la suite de conférence de dialogue social du 17 juillet 2020, qui prévoit la mise en place début 2021 d'une grande concertation mobilisant l'État, les branches professionnelles concernées, et les financeurs de la formation professionnelle, en vue d'aboutir en mars 2021 à un plan d'action, par type de métier en tension. 

Ce chantier aura pour objet d'identifier les secteurs et emplois les plus concernés, les causes des tensions (manque d'attractivité, déficit de compétences, ...) et identifier des réponses adaptées à chaque cas de figure.

Si les services de l'État travaillent actuellement à la mise à jour des éléments permettant d'identifier ces secteurs en tension, il a également été demandé aux régions de faire monter d'ici à la mi-octobre les besoins des bassins d'emploi pour permettre d'adapter l'offre de formation des années à venir aux réalités et à la transformation des territoires.

Dans ce contexte, il est indispensable que les CPRIA puissent s'emparer du sujet dans le cadre de leurs échanges paritaires afin de faire émerger des éléments de diagnostic pour alimenter le débat national.

  

Fédération des Poissonniers de Bretagne

  • 17, rue Tertre de la Motte 
    22440 Ploufragan

Contact